ÉCONOMIE

Rachat Stratégique d’Assala Energy par le Gabon : Un Tournant pour l’Économie Nationale

Libreville, Gabon – Dans une manœuvre audacieuse, le Gabon a annoncé, le 31 décembre 2023, le rachat des actifs d’Assala Energy Gabon, détenu jusqu’à présent par Carlyle International Energy Partners. Ce mouvement, orchestré sous l’égide du général de brigade Brice Clotaire Oligui Nguema, marque un virage significatif dans la gestion des ressources naturelles du pays et soulève des interrogations quant à l’avenir du secteur énergétique gabonais.

L’annonce est intervenue dans un contexte politique complexe, suivant de près le coup d’État du 30 août. Le général Oligui Nguema, dans son discours, a souligné l’intention de l’État de renforcer sa souveraineté sur un secteur vital de l’économie nationale. « C’est un acte de grande portée nationale », a-t-il affirmé, mettant en avant la nécessité d’accroître les recettes du pays.

Le marché financier a réagi rapidement à cette nouvelle, avec une chute notable de -3,40% de la valeur des actions de Maurel & Prom, un acteur majeur du secteur pétrolier français initialement en lice pour l’acquisition d’Assala Energy. Cette baisse témoigne des inquiétudes croissantes des investisseurs face à la stabilité et à la prévisibilité de l’environnement des affaires au Gabon.

Les experts économiques sont partagés sur cette décision. D’une part, elle est perçue comme un moyen de garantir que les bénéfices de l’exploitation des ressources pétrolières reviennent davantage au peuple gabonais. D’autre part, elle suscite des doutes sur la capacité du gouvernement à gérer efficacement une entreprise de cette envergure, surtout dans un climat politique instable.

La société Assala Energy, active dans le pays depuis plusieurs années, a joué un rôle clé dans le développement de l’industrie pétrolière gabonaise. Sa transition vers une gestion étatique est vue par certains observateurs comme une démarche vers plus d’autonomie économique. Cependant, des critiques s’élèvent, pointant du doigt les risques de centralisation excessive du pouvoir et les défis en matière de gouvernance et de transparence.

Ce rachat symbolise un moment critique pour le Gabon. Alors que le pays s’efforce de naviguer dans un paysage politique et économique en mutation, cette acquisition pourrait bien redéfinir non seulement son secteur énergétique, mais aussi sa trajectoire économique globale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page