SOCIETE

L’evergétisme au Gabon : Un instrument d’aliénation symbolique

Libreville – Si l’on retrace l’histoire politique du Gabon, l’evergétisme, ou la pratique du don, se distingue comme une tradition ancienne qui s’est perpétuée jusqu’à nos jours. Loin d’être un simple geste altruiste, cette pratique, sous le couvert de générosité, a évolué pour devenir un outil d’assujettissement et d’aliénation des populations.

L’Histoire de l’evergétisme : Une tradition politique au Gabon

Durant le règne du feu Omar Bongo, cette tradition prenait une dimension particulière. Les responsables politiques, désireux de montrer leur gratitude et leur reconnaissance envers le président après une nomination ou une faveur, se rendaient régulièrement à leurs sièges politiques pour faire des dons substantiels. Ces actes, ostensiblement destinés à soutenir les populations, étaient en réalité des démonstrations de loyauté envers le pouvoir central.


De la tradition à l’assujettissement sous Ali Bongo

Mais avec le temps, sous la présidence d’Ali Bongo, la situation s’est aggravée. Plutôt que de diminuer, l’evergétisme s’est intensifié, se transformant en un mécanisme où la population se retrouve dans une position de dépendance vis-à-vis des élites politiques. Cette attente constante de dons a instauré une dynamique de mendicité, où les populations sont réduites à solliciter continuellement les faveurs des responsables politiques.


L’evergétisme : Un double tranchant pour le Gabon

Plus qu’une simple tradition, l’evergétisme est devenu une stratégie politique. En offrant des dons, les politiciens renforcent leur notoriété et leur emprise sur les populations. Ces gestes, loin d’émanciper les citoyens, les confinent dans une position de dépendance, minant ainsi leur autonomie et leur capacité à revendiquer leurs droits.

Vers une rupture avec l’aliénation symbolique ?

Face à cette situation, des voix s’élèvent aujourd’hui pour réclamer une rupture avec cette tradition d’aliénation symbolique. Le Gabon, riche en ressources et en potentiel, mérite une politique qui valorise l’empowerment de ses citoyens plutôt que leur assujettissement.


L’avenir de l’evergétisme au Gabon

La question demeure : le Gabon pourra-t-il rompre avec cet héritage et construire une nouvelle dynamique basée sur la responsabilité, l’autonomie et la transparence ? Seul l’avenir nous le dira. Mais une chose est certaine : la prise de conscience est déjà en marche.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page