POLITIQUE

Bilie-By-Nze, retour sur son parcours gouvernemental

Alain-Claude Bilie-By-Nze, renversé en même temps que le président Ali Bongo Ondimba le 30 août 2023, aura bénéficié d’une longévité exceptionnelle au gouvernement. De 2015 à 2023, il a occupé plusieurs postes dans différentes équipes gouvernementales. À l’occasion de la passation de charges avec son successeur, Raymond Ndong Sima, le 8 septembre dernier, il a dressé un bilan succinct de ses années aux affaires. « Nous avons fait de notre mieux », a-t-il clamé.

L’ex-Premier ministre, Alain-Claude Bilie-By-Nze, remettant les dossiers au Secrétaire général du gouvernement après 9 mois à la Primature.

De 2012 à 2015, Alain-Claude Bilie-By-Nze a été conseiller du président Ali Bongo et porte-parole de la présidence de la République. Il a ensuite enchainé les fonctions de ministre et de ministre d’Etat au sein de plusieurs gouvernements, notamment à la Communication, à l’Économie numérique, à la Culture et aux Arts, aux Sports, aux Affaires étrangères, à l’Énergie et Ressources hydrauliques. En octobre 2022, il est devenu vice-Premier ministre et le 9 janvier 2023, le natif de Makokou a été nommé Premier ministre du Gabon. Au bout de ces années dans les hautes sphères de l’exécutif, il était de bon aloi pour le dernier chef de gouvernement d’Ali Bongo Ondimba, de jeter un coup d’œil dans le rétroviseur. L’occasion de revendiquer en toute modestie quelques réalisations.

Joie, bonheur, réussites, déceptions, défis…

«Il y a eu des moments de joie, des moments de bonheur, quelques réussites, quelques déceptions, des défis», assure Alain-Claude Bilie-By-Nze au sujet de sa carrière gouvernementale. S’il révèle avoir essayé «de contribuer du mieux» qu’il a pu à la réalisation de quelques objectifs, il peut de même énumérer des objectifs atteints ou réalisés. Notamment, la mise en place du Code de la Communication qui guide aujourd’hui les médias au Gabon, la création de la chaine de télévision Gabon 24 qui, selon lui, «est un bel outil» bien que méritant «d’être amélioré», ou encore «la redevance audiovisuelle et cinématographique pour permettre aux médias publics d’avoir des ressources pour fonctionner».

Dans le domaine du sport, Alain-Claude Bilie-By-Nze se souvient avoir essayé de réintroduire le financement du sport par les entreprises. «Cela a permis de relancer le championnat avec des fortunes diverses», a-t-il fait observer, notant que dans le domaine de la culture, il a réussi à faire en sorte que les droits d’auteur soient reconnus et payés.

Sans tirer à lui toute la couverture, celui qui fut ministre d’État à la Culture et des Arts rappelle : «Nous avons lancé le festival Gabon 9 provinces ensemble. Nous avons fait le musée national ensemble, également. Nous avons essayé d’être à l’avant-garde du débat sur la restitution des biens culturels avec leur circulation».

«Un dossier très, très lourd : le contentieux issu des élections de 2016…»

Aux Affaires étrangères, l’ancien Premier ministre indique avoir hérité «d’un dossier très, très lourd : le contentieux issu des élections de 2016 avec le Dialogue intensifié avec l’Union européenne (EU) où il a fallu travailler pour normaliser la situation. Et nous avons relancé et réformé la CEEAC (Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale – Ndlr)». «Un dossier très important», a-t-il souligné.

Le bilan dressé par Bilie-By-Nze à la faveur de la cérémonie protocolaire de passation de charges avec Ndong Sima, ne saurait exhaustif d’autant plus qu’il ne cite pas, à titre d’exemple, les différents chantiers lancés sous sa houlette, à travers tout le pays, en l’occurrence le Programme intégré pour l’alimentation en eau potable et l’assainissement de Libreville (Piaepal) et le Projet d’accès aux services de base en milieu rural (Pasbmir).  «Nous avons essayé de faire du mieux que nous avons pu avec des réussites avec des faiblesses», a-t-il indiqué.

Passant le relai, le 8 septembre dernier, à son successeur, Alain-Claude Bilie-By-Nze a rendu un vibrant hommage à Ali Bongo Ondimba qui lui a fait «le grand honneur» de l’accompagner dans une carrière politique, gouvernementale et qui lui a permis d’être Premier ministre, chef du gouvernement.

«Cela a été une expérience exaltante de conduire, à ce niveau, les charges de l’Etat», a-t-il relevé, ajoutant que «la fonction de chef du gouvernement que le Premier ministre (R. Ndong Sima – Ndlr) connait bien est une fonction qui permet d’avoir un regard large sur la situation du pays. Un regard pointu sur les enjeux économiques, politiques, sociaux, environnementaux de notre pays et un regard international, également».

Hommage à l’armée gabonaise

On se souviendra que prenant ses fonctions à la Primature, Bilie-By-Nze avait inscrit son action dans un triptyque reposant sur le patriotisme, le pragmatisme et la proximité. «Le patriotisme pour avoir le Gabon comme boussole, Gabon d’abord. Le pragmatisme pour faire le meilleur qu’on pouvait avec le peu qu’on avait. La proximité pour répondre du mieux que nous pouvions aux besoins des Gabonaises et des Gabonais des villes comme des villages dans leurs complexités», a-t-il rappelé.

Mais dans le contexte particulier du Gabon de ces tout derniers jours, il n’a non plus omis de rendre hommage à l’armée gabonaise, aux militaires et au général Brice Clotaire Oligui Nguema, président de la Transition. «Parce que cela s’est fait sans effusion de sang. Le Sang des Gabonais est sacré. Il est à préserver et vous prenez la charge pour nous aider à traverser cette période de transition», a lancé  Bilie-By-Nze à son successeur. Ce, non sans dire sa disponibilité «à aider à conduire cette transition pour qu’elle soit une réussite».

Le natif du canton Ntang Louli dans l’Ogooué-Ivindo, estime que «ce sera la réussite du Gabon tout entier, de notre pays tout entier et au bout de cette transition, nous espérons avoir, bien sûr comme cela a été annoncé, les institutions fortes, démocratiques, crédibles que les Gabonaises et les Gabonais vont préserver».

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page