SOCIETE

Crise SEEG : Problèmes d’Approvisionnement en Eau et Électricité

Depuis plusieurs mois, un nuage sombre plane sur le paysage énergétique et hydrique : l’approvisionnement continu en eau et électricité est devenu une denrée rare pour de nombreux citoyens. Au cœur de cette tourmente se trouve la SEEG, l’unique fournisseur, dont la capacité à satisfaire les besoins fondamentaux de la population est de plus en plus mise en doute. Alors que les plaintes se multiplient et que le débat s’intensifie, plongée au cœur d’une crise qui affecte la vie quotidienne de milliers de personnes.

L’approvisionnement en eau et électricité, pilier de tout développement socio-économique, est devenu le talon d’Achille pour de nombreux quartiers sous-intégrés. Face à cette crise, la SEEG (Société d’Eau et d’Électricité) semble impuissante, faisant face à d’innombrables plaintes et défis.

Des quartiers laissés pour compte

Les causes de cette crise sont multiples : insuffisance des infrastructures, régression des politiques publiques en matière d’équipement, sans oublier la gestion interne marquée par une instabilité, avec des remplacements récurrents à la tête de l’entreprise tous les cinq mois.

Des plaintes à répétition

Chaque jour, des plaintes fusent : eau impropre à la consommation, surfacturation, coupures intempestives. Pour beaucoup, cette situation est la preuve manifeste de la défaillance de la SEEG dans sa mission première : fournir de l’eau saine et de l’électricité en quantité suffisante à la population.

La comparaison avec d’autres pays africains est inévitable. « Dans la plupart des capitales africaines, les populations ont recours à divers moyens pour se procurer de l’eau et de l’électricité. Mais ici, nous sommes tributaires d’une unique entreprise qui peine à remplir ses obligations », s’insurge un usager.

L’absence de concurrence est pointée du doigt par plusieurs observateurs et usagers. « Regardez le cameroun . Là-bas, plusieurs entreprises se concurrencent pour fournir de l’eau et de l’électricité. Ici, nous sommes pris en otage par une seule et unique société », déplore un autre consommateur.

Le monopole de la SEEG remis en question

La question qui brûle toutes les lèvres est la suivante : ne serait-il pas temps d’introduire de la concurrence sur le marché de l’eau et de l’électricité ? Pour certains, c’est une évidence. La mise en concurrence pourrait non seulement améliorer la qualité du service, mais aussi conduire à une baisse des prix.

Un futur incertain

Face à cette situation, les regards se tournent vers le président de la transition. Nombreux sont ceux qui espèrent une réaction forte, voire une révision de la politique actuelle, pour mettre fin à cette crise qui affecte le quotidien de milliers de citoyens.

Il est clair que la SEEG est à un tournant. Son avenir et celui de l’approvisionnement en eau et électricité du pays dépendent des décisions qui seront prises dans les semaines et mois à venir.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page